Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur
Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Actualité nationale
AESH
Cas concrets
Conditions de travail
Guides & Publications
Quinzaine Universitaire
Le 1er degré
Action syndicale 1er degré
Conditions de travail
Formation, concours, stage
L'école au quotidien
Les mutations
Votre carrière
Le 2nd degré
Action syndicale 2nd degré
Conditions de travail
Les mutations
Votre carrière
Carte de l'académie Orléans-Tours

L’évaluation des directeurs

Le décret du 14 août 2023 annon­çait une évaluation des directeurs tous les 5 ans. La circulaire du 20 mars 2024 en précise les modali­tés. Pour parodier une ancienne publicité : ça a le goût de l’inspec­tion, la couleur d’une inspection, mais ce ne serait pas une inspec­tion.

« L’évaluation du directeur d’école est conduite par l’IEN de la cir­conscription dont il dépend. Elle est réalisée au plus tard après trois ans d’exercice dans ses fonctions, puis au moins une fois tous les cinq ans » (circulaire du 20 mars 2024).

Si sa régularité diffère de celle du PPCR, cette évaluation ressemble grandement à celle des inspec­tions antérieures à 2017. Le compte-rendu d’entretien (avec sa grille d’évaluation), les recours possibles quant au contenu du rapport signé par l’IEN puis par le DASEN, le versement au dossier administratif de l’agent : tout est calqué, recopié, identique à un rendez-vous de carrière.

La seule différence réside dans l’appré­ciation générale qui n’existera pas offi­ciellement dans cette nouvelle évaluation. Cette absence est largement compensée par l’article 12 du décret du 14 août 2023 : « Les professeurs des écoles nommés dans l’emploi de directeur d’école peuvent se voir retirer cet emploi par le DASEN dans l’intérêt du service ».

Pour résumer, à partir de septembre 2024, les directeurs seront visités tous les 5 ans sur les missions spécifiques à leur fonc­tion. Si le DASEN, sur rapport de l’IEN, considère que le travail fourni n’est pas conforme aux attentes, le directeur pourra être révoqué. Aucune remise en cause de l’institution ne sera possible, quant à la nomination ou la (non-) formation qui aurait conduit à une situation problématique.

Il aura fallu moins d’un an pour que les craintes formulées par le SNALC prennent corps : la loi Rilhac ne résout aucun des problèmes de la direction d’école, mais apporte surplus de travail administratif, surcharge de responsabilités, surabon­dance de missions… et maintenant, une évaluation de la fonction.

Sans l’intervention du SNALC, le direc­teur aurait même pu écoper d’une double peine avec un rendez-vous de carrière tombant la même année. Ajoutons par-dessus, les évaluations d’école qui re­posent en grande partie sur les épaules du directeur : ce doit être cela, l’école de la confiance.

Partager cet article :
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur print
Imprimer
Partager sur email
Email