Depuis la rentrée scolaire 2023, un protocole de santé mentale pour les élèves a été mis en place. Il vise notamment à proposer un parcours facilitant le repérage et la prise en charge d’enfants en situation de souffrance psychique.

En effet, « l’Éducation nationale contribue à la protection de l’enfance […]. Au quotidien, les équipes éducatives sont un relais de la politique impulsée au plan national. »

La communauté éducative et les élèves doivent être prévenus de l’existence du protocole (affichages, informations dans les cahiers de liaison, au portail ou sur l’ENT…).

Celui-ci est décliné en plusieurs étapes :

Des fiches Ameli ou Eduscol sont disponibles sur Internet.

La démarche est louable. Le SNALC est bien évidemment favorable à ce que la santé des élèves soit mieux prise en compte, mais quels sont les moyens humains et financiers mis en œuvre pour le déploiement de ce protocole ? Qu’en est-il de la formation pour aider les PE à mieux repérer les situations, à les évoquer avec les familles ou les enfants ? Quid du recrutement des médecins scolaires et des psy-EN ?

Le SNALC déplore une fois de plus que le ministère compte essentiellement sur l’engagement des personnels pour appliquer une politique de santé publique.