Journée de solidarité : évaluation d’école, école ouverte, stage de réussite, kermesse… quels sont vos devoirs ?

Le lundi de Pentecôte est un jour sans école dit « de solidarité ». Cette journée est rattrapée par les enseignants sur un ou plusieurs mercredis, samedis ou soirées. Le samedi, il s’agit souvent d’opérations portes ouvertes dans le secondaire.

Or, les AESH ne doivent pas rattraper ces heures. En effet, elles sont déjà incluses dans leur temps de travail.

En effet, jusqu’en 2004, le temps de travail était de 1600 heures pour un temps complet. Il est passé à 1607 heures après le 30 juin 2004, date à laquelle la loi relative à la solidarité pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées a été actée.

Cependant, les chefs d’établissement (et les directeurs d’école depuis 2022) placent souvent les heures d’auto-évaluation dans le cadre des évaluations d’établissement et d’école sur les heures de cette fameuse journée de solidarité. Or, les AESH sont amenés à participer à ce dispositif, comme le précise le guide ministériel de l’auto-évaluation : « Toutes les parties prenantes doivent participer à l’auto-évaluation dans tous les domaines examinés, sans cloisonnement ou spécialisation : enseignants, personnels éducatifs (AESH), personnels de la collectivité (dont les ATSEM), parents d’élèves, élèves et, le cas échéant, partenaires participant de manière importante à la vie de l’école. »

Si c’est le cas dans votre établissement, alors vous devrez comptabiliser ces heures dans vos heures connexes. Vous retrouverez le mode de calcul des heures connexes dans l’article du SNALC « Heures sup’ déguisées ou heures connexes ? ». Par ailleurs, le SNALC a mis à votre disposition un outil pour tenir le compte de ces heures connexes.

Concernant les dispositifs École ouverte et les stages de réussite, il peut aussi vous être proposé, sur la base du volontariat, d’y participer, dès lors que le ou les élèves que vous accompagnez sont concernés.

Profitons de cet article pour rappeler que les lotos, kermesses et autres fêtes de fin d’année hors temps scolaire ne sont pas obligatoires. Votre participation doit rester un choix, et nul ne peut vous contraindre à y participer : ces activités ne font pas partie de vos obligations de services.

Si vous subissez des pressions pour participer à ces manifestations, rapprochez-vous de vos représentants du SNALC qui sauront vous accompagner dans vos démarches.