Le SNALC contre le « tri social »

Le SNALC contre le "tri social"

Le SNALC, qui a élaboré un projet comportant l’idée de groupes de niveaux, est accusé d’être partisan du « tri social » et de la stigmatisation. Faut-il ajouter foi à ces affirmations ?
Le SNALC vous dit tout, sans faux-semblant ni dogmatisme.

Groupes de niveau : la montagne accouche d’une souris mutante

Groupes de niveau : la montagne accouche d’une souris mutante

La dimension très idéologique qui a été donnée au débat sur les « groupes de niveau » relègue au second plan ce qui préoccupe réellement les collègues : les moyens horaires, les conditions de mise en œuvre, les emplois du temps, la liberté pédagogique.
Le SNALC accuse le ministère d’avoir saboté sa propre mesure, et de ne pas avoir écouté les lanceurs d’alerte que nous sommes.

« Le choc à pic » (n°1486)

QU1486 SNALC

Une fois encore, une com’ assertive accouche d’une mise en œuvre aux fraises. Entre le Gabriel Attal de novembre, dossier de presse à la main, éléments de langage à la bouche, et l’Amélie Oudéa-Castéra de janvier, lancée dans le grand bain sans flotteurs, la « priorité à l’éducation » et le « choc des savoirs » en ont pris un sacré coup dans l’aile.

Conseil académique de l’Éducation nationale du 5 décembre 2023

Déclaration liminaire du SNALC, qui porte sur l’évolution de la carte des formations une analyse différenciée en fonction des échelles de temps, entre d’une part la préparation de la rentrée 2024, et d’autre part les évolutions ultérieures. (…)

À l’ordre du jour : résultats aux examens de juin 2023, bilan des effectifs 2023 et prévisions pour la rentrée 2024, perspectives d’évolution de la carte des formations sous statut scolaire pour 2024, projet de carte des formations du futur lycée de Châteauneuf-sur-Loire (Loiret).