Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur
Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Cas concrets
Conditions de travail
Guides & Publications
Quinzaine Universitaire
Le 1er degré
Action syndicale 1er degré
Conditions de travail
L'école au quotidien
Les mutations
Votre carrière
Le 2nd degré
Action syndicale 2nd degré
Conditions de travail
Les mutations
Votre carrière
Logo SNALC Orléans-Tours

Carte scolaire 2024 : les élèves doivent passer avant les économies !

Carte scolaire 2024 : les élèves doivent passer avant les économies !
Image by jcomp on Freepik

Pour la rentrée 2024, 650 postes seront supprimés au niveau national dans les écoles maternelles et élémentaires. L’académie d’Orléans-Tours paie un lourd tribut : 70 classes ferment !

Les principales raisons avancées sont la baisse démographique – réelle – et la volonté ministérielle de réattribuer une partie de ces postes à des académies où ils manquent (Versailles, Créteil, Mayotte et la Guyane en particulier).

Localement, enseignants comme parents sont habitués au jeu de « rééquilibrage » annuel qui consiste à déshabiller l’école de Paul pour habiller celle de Jacques (en perdant tout de même un ou deux vêtements sur le chemin).

Mais, pour le SNALC Orléans-Tours, supprimer autant de postes d’enseignants dans notre académie à la rentrée 2024 n’est pas acceptable, du fait de la fragilité de nos élèves dans certaines zones urbaines, ou dans nos vastes territoires ruraux. Dans nos départements, trop de classes ont des effectifs lourds, alors même que nous recensons quotidiennement les absences non-remplacées, le manque d’AESH, de RASED, de psychologues…

Après l’annonce tonitruante d’un « choc des savoirs » pour « faire progresser tous les élèves », et au regard du consensus général autour de l’influence positive des réductions d’effectifs sur les conditions d’apprentissage, devons-nous en conclure que les jeunes élèves de notre académie seront laissés de côté ?

Pour le SNALC Orléans-Tours, la baisse démographique ne peut rimer avec un service public en baisse. La baisse démographique doit être vue comme une chance pour améliorer les conditions d’apprentissage des élèves ainsi que les conditions de travail et les rémunérations des personnels. Cette chance doit être saisie !

Orléans, le 20 janvier 2024
 
Contact : Sébastien Huaumé, secrétaire académique 1er degré du SNALC
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur print
Imprimer
Partager sur email
Email