Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
La carrière
Le SNALC
Les Actualités
Les mutations
Mouvement interacadémique
Mouvement interdépartemental
Mouvement intra-académique
Mouvement intra-départemental
Les publications

Conseils pour les mutations intra-académique

Quelques enseignements à l’usage des collègues désirant muter.

Fichier téléchargeable au format « pdf »
Les collègues désirant muter ont intérêt de réaliser les opérations suivantes :

1) En amont, bien faire sa liste de vœux.

En règle générale, il ne faut demander que des postes et des zones géographiques où on souhaite être muté, et ne jamais demander un lieu où on ne veut pas aller.

Un problème se pose lorsqu’un collègue veut aller uniquement sur un poste ou une zone géographique où il n’a aucune chance d’arriver, à cause de son trop petit barème. Dès lors, deux solutions :

a) le collègue veut une seule zone géographique, et peu lui importe ensuite la localisation du poste où il arrivera réellement. Alors, il doit faire uniquement ses vœux idéaux, même irréalistes, et il sera affecté « en extension », c’est-à-dire sur les postes vacants (les moins demandés). Il sera placé aléatoirement par l’algorithme…

Cela signifie que si le collège n’obtient pas satisfaction, il pourra demander une révision d’affectation, si sa mutation a échoué au regard des obligations légales : rapprochement de conjoint, travailleur handicapé (RQTH)…
Si le groupe de travail valide sa révision d’affectation, il pourra bénéficier d‘un changement d’affectation, si et seulement si un poste plus conforme à sa demande est libre. Le collègue peut donc rester très éloigné.

b) Si le collègue préfère être plus proche de ses premiers vœux, et veut surtout éviter des zones spécifiques dans l’académie, par exemple très lointaines, alors il a tout intérêt à organiser lui-même son extension, c’est-à-dire faire beaucoup de vœux larges (communes, groupements de communes, départements) en plus de son choix initial, pour augmenter ses chances de mutation. Dans chaque département qu’il demande, il doit formuler d’abord un vœu précis (appelé vœu indicatif) avant ses vœux larges. S’il est affecté dans le département, l’administration cherchera à le rapprocher le plus possible des vœux indicatifs.
Évidemment, les postes où le collègue ne veut surtout pas aller ne doivent pas être demandés. Mais cela signifie que s’il obtient un des postes demandés, alors ses vœux seront considérés satisfaits. Il aura donc plus de difficultés à obtenir une révision d’affectation.

c) Si un collègue a des bonifications particulières, celles-ci jouent sur les vœux larges (commune, groupement de communes, département). En demandant un vœu large, le collègue est réputé accepter tous les postes dans la zone géographique en question.

2) Lors de la phase de vérification des barèmes, bien vérifier son barème, même s’il ne présente aucun élément particulier.

En effet, cela permet de vérifier que la demande de mutation a été enregistrée par le Rectorat. Dans le cas contraire, il est encore temps de le faire corriger.
En cas de bonifications, examinées en groupe de travail (GT), nous sommes là pour argumenter le bienfondé de vos bonifications.
D’où l’intérêt de retourner au SNALC Orléans-Tours votre fiche de suivi syndical. Nous ne pouvons pas défendre des collègues et des situations que nous ne connaissons pas !

3) Ne pas rêver !

Ce n’est pas parce que vous avez adhéré à un syndicat ou parce que vous pensez connaître tous les collègues qui ont muté que vous aurez le poste de vos rêves. Vous l’aurez peut-être, ou peut-être pas… Les organisations syndicales sont là pour vous défendre, dans le respect des règles, par pour pistonner leurs adhérents. Quant au mouvement, produit par un algorithme complexe, il obéit à des logiques tout aussi complexes, et on ne peut connaître la situation de tous ses collègues dans une académie aussi vaste qu’Orléans-Tours, surtout avec un grand nombre d’entrants.

C’est pour cela qu’il faut nous contacter ! Nous sommes là pour vous conseiller et vous aider !

François TESSIER, Président académique, 06.47.37.43.12, snalc18@gmail.com.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi